Transit mag - Enter my Domain

Je dois avouer qu’en voyant la fourre de l’album, notamment la photo sur laquelle les membres semblent avoir quinze ans, j’étais franchement sceptique quant à la qualité de l’album. Décidément, je ne suis pas doué pour les préjugés… Mis à part un son digne d’une production scandinave du début des années nonante, enregistré dans une cabane à outils avec un magnéto-cassette Fisher Price, le black metal mélodique que nous distille le groupe suisse dans son ‘Enter My Domain’ est loin d’être mauvais. En effet, son son plutôt déconstruit, mais assez savamment ajusté démontre une fois de plus que la valeur n’attend pas le nombre des années. Des morceaux d’une longueur idéale se succèdent sans ennuyer l’auditeur et font très vite oublier la qualité ‘vintage’ du son, voire mieux, ils nous font replonger dans les origines du genre sans sombrer dans le ‘true’, ni singer ses aînés. La musique d’Astrath, à l’ambiance mélancolique d’un jour de neige, est d’une grande variété, portée par une guitare qui ne craint pas l’expérimentation. Bien sûr, le groupe ne réinvente pas la poudre, mais sait la faire parler. Pour finir, je dirais que c’est avec plaisir que l’on pénètre dans le domaine d’Astrath et il est assez difficile d’en sortir. Donc, s’ils approfondissent encore leurs recherches et se donnent les moyens d’une bonne production, je pense que l’on risque de réentendre parler d’eux. Je serais le dernier à m’en plaindre. [Ekuroeil]

Transit mag